Delaying Alzheimer’s Symptoms

Subjects at risk of Alzheimer’s may now be able to delay the onset of their first symptoms

 

Ce communiqué est disponible en Francais. (English and French version below)

 

The human brain loses 5 to 10% of its weight between the ages of 20 and 90 years old. While some cells are lost, the brain is equipped with two compensatory mechanisms: plasticity and redundancy. Based on the results of her most recent clinical study published in the online version of Brain: A Journal of Neurology, Dr. Sylvie Belleville, PhD in neuropsychology, the principal author of this study and Director of Research at the Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM), which is affiliated with the Université de Montréal, has found that for elderly subjects at risk of developing Alzheimer’s disease, hope may lie in brain plasticity.

 

"Brain plasticity refers to the brain’s remarkable ability to change and reorganize itself. It was long thought that brain plasticity declined with age, however, our study demonstrates that this is not the case, even in the early stages of Alzheimer’s disease", declares Sylvie Belleville.

 

These findings open countless new avenues of research including the possibility of improving the plasticity of affected areas of the brain, and slowing the decline in plasticity through pharmacological means or lifestyle changes, thereby allowing subjects with Alzheimer’s disease to enjoy several more symptom-free years.

 

Learn More on Pilladvised.com: Speaking Two Languages Delays Alzheimer’s

 

The hypothesis behind this research was that certain cells traditionally involved in other brain processes could, through a simple memory training program, temporarily take over since they themselves are not yet affected. According to Dr. Belleville: "Our research has validated our hypothesis. Not only were we able to use functional imaging to observe this diversification, but we also noted a 33% increase in the number of correct answers given during a post-training memory task by subjects with mild cognitive impairment (MCI) who, incidentally, are ten times more likely to develop Alzheimer’s disease".

 

The training program that was used was designed to help elderly subjects with MCI develop strategies, such as the use of mnemonics, for example, and promote encoding and retrieval, such as word lists, for example, using alternative areas of the brain. "The hypothesis had already been raised, but our team was the first to provide scientific support, using a functional neuroimaging protocol", added Sylvie Belleville.

 

Discover How The Hormone Leptin Protected People From Developing Alzheimer’s: Leptin Fights Alzheimer’s Disease

 

Researchers worked with thirty elderly subjects: 15 healthy adults and 15 with MCI. Magnetic resonance imaging was used to analyse brain activity in the two groups 6 weeks prior to memory training, one week prior to training and one week after training. Before the memory training, magnetic resonance imaging in both the healthy elderly subjects and those with MCI showed activation in areas of the brain traditionally associated with memory. As expected, decreased activation was observed in subjects with MCI. After training, brain areas in elderly subjects with MCI showed increased activation in areas typically associated with memory, but also in new areas of the brain usually associated with language processing, spatial and object memory and skill learning.

 

According to Dr. Belleville: "Analysis of brain activity during encoding as measured before and after the training program, indicates that increased post-training activation in the right inferior parietal gyrus is associated with post-intervention improvement. The healthy area of the brain has taken over for the area that is compromised."

 

For a look at the complex relationship between B Vitamins and Alzheimer’s read: To B or Not to B Vitamins?

 

Alzheimer’s disease

 

Alzheimer’s disease is a neurodegenerative disease of the brain tissue that causes progressive and irreversible loss of mental functions. The most common symptoms of the disease include short- and long-term memory loss, mood and behavioural changes, and a declining ability to think and communicate.  Some 100 years after its discovery, there is still no effective treatment to slow or prevent the progression of Alzheimer’s disease. On average, death occurs seven to ten years after diagnosis. The Canadian Study of Health and Aging estimates that by 2011, one in ten Canadians aged 65 and older will suffer from some form of dementia. Alzheimer’s disease will account for two thirds of the cases.

 

Overview of the IUGM

 

The IUGM consists of 452 short- and long-terms beds and an ambulatory care centre that includes one of the five chronic pain management clinics in the world. It is the leader in clinical practice, specialized care, health promotion and knowledge development in the field of aging and senior health in Quebec. The IUGM consists of some 1300 employees, physicians, researchers and volunteers, all specialized in senior care and services. Our Research Centre is recognized as the largest in the French-speaking community. Each year, the IUGM, a member of the vast network of excellence in health formed by the Université de Montréal, welcomes hundreds of students, trainees and researchers studying in the field of aging and seniors’ health issues.

 

The authors are grateful for the support provided by the CAREC, the IUGM Foundation, the Fonds de la recherche en santé du Québec, the Canadian Institutes of Health Research, as well as the entire team of clinical neuropsychologists at the IUGM.

 

Spread the Health by forwarding this article to your friends and family, and sharing on Facebook.

 

Sign up for Pill Advised to discover how your medications and vitamins interact.
Watch Pill Advised videos to learn more and
join the Pill Advised Facebook page

 

Les personnes à risques de développer la maladie d’Alzheimer peuvent désormais espérer retarder l’apparition des premiers symptômes de plusieurs années

 

Le cerveau humain perd de 5 à 10 % de son poids entre l’âge de 20 et 90 ans. Pour compenser cette perte de cellules, le cerveau possède deux mécanismes compensatoires : la plasticité et la redondance. Selon les résultats de la dernière étude clinique de Dre Sylvie Belleville, Ph. D. en neuropsychologie, auteure principale de cette étude et directrice de la recherche à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) affilié à l’Université de Montréal, publiée dans la version en ligne de Brain : A journal of neurology, l’espoir pour les personnes âgées à risque de développer la maladie d’Alzheimer pourrait résider dans la plasticité du cerveau.

 

« La plasticité cérébrale est une formidable capacité de réorganisation que possède notre cerveau. Alors qu’on a longtemps pensé que le cerveau perdait cette capacité plastique avec l’âge, notre étude montre que ce n’est pas le cas et ce, même dans les stades précoces de la maladie d’Alzheimer. De ce fait, notre hypothèse était que certaines cellules traditionnellement impliquées dans d’autres processus du cerveau pourraient, grâce à un programme simple d’entrainement de la mémoire, prendre la relève temporairement puisqu’elles ne sont pas encore atteintes. », de déclarer Sylvie Belleville, « Notre recherche a validé notre hypothèse. Non seulement nous avons pu observer par l’imagerie fonctionnelle cette diversification, mais nous avons aussi noté une augmentation de 33 % des bonnes réponses à une tâche de mémoire après le programme d’entraînement chez les personnes aux prises avec des troubles cognitifs légers (tcl), et donc dix fois plus à risque de développer la maladie d’Alzheimer ».

 

Le programme d’entraînement utilisé a été conçu pour aider les personnes âgées aux prises avec des tcl à développer des stratégies, par exemple l’utilisation de mnémotechniques, augmentant l’encodage et la récupération des informations à retenir, par exemple des listes de mots, grâce à d’autres régions du cerveau. « L’hypothèse avait déjà été soulevée, mais notre équipe est la première à l’avoir démontrée scientifiquement grâce à un protocole impliquant la neuroimagerie médicale fonctionnelle. » de préciser Sylvie Belleville.

 

Les chercheurs ont collaboré avec trente personnes âgées, 15 en santé et 15 présentant des tcl. L’activité cérébrale des deux groupes a été analysée grâce à l’imagerie par résonance magnétique 6 semaines avant, une semaine avant et une semaine après le programme d’entraînement de leur mémoire. Avant l’entraînement, les résultats de l’imagerie par résonnance magnétique des personnes âgées en santé et celles présentant des tcl montrent de l’activité dans les régions du cerveau traditionnellement reliées à la mémoire. Tel qu’attendu, l’activité est moindre chez les personnes présentant un tcl. Après l’entraînement, les régions du cerveau des personnes âgées présentant des tcl démontrent une plus grande activité dans les régions normalement impliquées dans la mémoire mais également dans de nouvelles régions du cerveau habituellement reliées au langage, à la reconnaissance spatiale et aux capacités d’apprentissage. Selon Dre Belleville : « La comparaison de l’activité cérébrale lors de l’encodage, avant et après le programme d’entraînement indique qu’une plus grande activité après l’entraînement dans le gyrus inférieur pariétal droit est reliée à l’amélioration après l’intervention. Cette région du cerveau saine a donc pris la relève de la zone malade ».

 

Cette découverte ouvre une foule de nouveaux horizons de recherche sur la possibilité d’augmenter la plasticité des régions concernées ou de retarder le moment ou cette plasticité ne peut plus prendre la relève, et ce, par des moyens pharmacologiques ou par des changements au style de vie, et ainsi offrir quelques années supplémentaires sans signes et symptômes de la maladie d’Alzheimer aux personnes atteintes.

 

La maladie d’Alzheimer

 

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales. Perte de mémoire à court ou à long terme, changements d’humeur et de comportement et baisse de la capacité de penser et de communiquer sont les symptômes les plus courants de la maladie. Quelque 100 après sa découverte, il n’existe pas de traitement efficace contre la progression de la maladie d’Alzheimer. Les personnes atteintes meurent généralement dans les sept à dix années suivant le diagnostic. Selon l’Étude sur la santé et le vieillissement au Canada, en 2011, un Canadien sur dix âgé de 65 ans et plus souffre d’une forme quelconque de démence. Dans les deux tiers des cas, il s’agirait de la maladie d’Alzheimer.

 

L’IUGM en bref

 

L’IUGM dispose de 452 lits de courte et de longue durée et d’un centre ambulatoire, comprenant notamment l’une des cinq cliniques de gestion de la douleur chronique existantes à travers le monde. Il est le chef de file au Québec dans les pratiques cliniques, les soins spécialisés, la promotion de la santé et le développement des connaissances sur le vieillissement et la santé des personnes âgées. L’IUGM, c’est quelque 1 300 employés, médecins, chercheurs et bénévoles, tous spécialisés dans les soins et les services aux personnes âgées. Notre Centre de recherche est reconnu comme le plus grand de la francophonie. Membre du grand réseau d’excellence en santé de l’Université de Montréal, l’IUGM accueille chaque année des centaines d’étudiants, stagiaires et chercheurs du domaine du vieillissement et de la santé des personnes âgées.

 

Les auteurs aimeraient remercier pour leur soutien le CAREC, la Fondation de l’IUGM, le Fonds de la recherche en santé du Québec, les Instituts de recherche en santé du Canada ainsi que toute l’équipe des neuropsychologues cliniques de l’IUGM.

 

Reference:

 

“Training-related brain plasticity in subjects at risk of developing Alzheimer’s disease”Sylvie Belleville et al., Brain (2011) doi: 10.1093/brain/awr037 First published online: March 22, 2011

 

Source:

 

Founded in 1878, the Université de Montréal, with its two affiliated schools, the École Polytechnique and the HEC Montréal, is now the largest university in Quebec and the second largest in Canada. With over 55,000 students from around the world and some 10,000 employees, the Université de Montréal awards close to 10,000 diplomas at every university level. Deeply rooted in Montreal and dedicated to its international mission, the Université de Montréal is one of the top universities in the French-speaking world.

 

One Response to “Delaying Alzheimer’s Symptoms”

  1. Tawseef says:

    you’re doing so much to ward off alzheimer’s that I think you’ll be just fine and remmbeer everything well into old age. Maybe some things that you hope to forget :)

Leave a Reply